Recueil de mes carnets de voyages

Bienvenue sur mon blog ! Suivez moi en lisant mes carnets de voyage : depuis 2007 j'ai eu la chance de partir en voyage dans de nombreux endroits autour du monde que ce soit en Chine principalement, mais aussi en Asie et ailleurs. Basé en Chine depuis de nombreuses années, c'est avec beaucoup de plaisir que je prends la route et pars à la découverte de nouvelles contrées du pays, j'aime aussi revenir souvent dans des endroits que j'ai beaucoup apprécié pour les voir sous un angle différent. 

Seul, à deux ou en famille et avec des amis, ces voyages ont tous été une belle expérience que je veux garder en mémoire dans ce blog, mais aussi la partager à ceux qui sont à la recherche d'information ou simplement curieux.

 

Derniers articles publiés

Au Nord de l'île, la plage de Gimnyeong est réputée comme une des plus belles de Jeju. Bien qu'il fasse encore frais pour qu'elle soit assaillie par les baigneurs, c'est une belle escale sur la route de Seongsan. Le sable est si blanc que l'on a du mal à garder les yeux ouverts, les roches volcaniques qui bordent les criques sont d'un noir profond et l'eau est bleu turquoise, que de belles couleurs qui offrent un contraste très photogénique.

Le volcan éteint de Seongsan Ilchulbong fait partie du patrimoine mondial de l'humanité, il se situe tout à l'Est de l'ile de Jeju et s'élève directement au dessus de la mer à 400 mètres. La montée est agréable avec un escalier de bois qui grimpe raide jusqu'au cratère. Depuis le sommet, on aperçoit toute la chaine de volcans éteints de Jeju, ainsi que Hallasan. De l'autre côté, en arrière plan du cratère de Seongsan Ilchulbong, il y a l'horizon sur la mer de Chine. Notre plus belle expérience à Jeju !

Jeju est l'ile la plus au Sud de Corée du Sud. Sa position à proximité de Shanghai en fait une destination idéale pour de courtes vacances orientées nature et air frais. A l'occasion de Qingming, nous décidons de quitter la pollution de Shanghai pour l'air marin de Jeju et découvrir la culture Coréenne.

Kota Kinabalu est un très bon point de chute pour découvrir l'Ouest de la région de Sabah avec de superbes joyaux naturels que l'on peut découvrir à la journée, que ce soit le parc naturel pour la plongée ou les contreforts du Mont Kinabalu à la nature luxuriante...

Dans la nature, c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir plus approcher la faune sauvage qui se méfie de l'homme et qui nous repère largement avant nous. Les centres de conversation de Sepilok permettent de compléter notre voyage dans la jungle car on peut en apprendre plus sur les animaux qui s'y cachent...

Après ce merveilleux séjour où on en a pris plein les yeux sous l'eau, on part dans un environnement très différent avec plusieurs jours dans un jungle camp au bord de la rivière Kinabatangan où l'on va pouvoir approcher la nature sauvage de l'île...

Départ en soirée de Hangzhou à destination de Kota Kinabalu sur l'île de Bornéo, à environ 4 heures d'avion. J’arrive au milieu de la nuit dans la moiteur de Kota Kinabalu et je dois attendre pour le prochain vol en début de matinée pour Tawau. L'arrivée à Bornéo n'est pas facile...

La dernière partie de mon voyage fini à Marrakech où je prends le temps de me reposer de mes aventures dans le Sud du Maroc et en profitant de cette ville à l'intensité impressionnante. J'en visiterai quelques sites principaux, mais j'ai besoin de me recaler à cette foule de touristes, de vendeurs, d'arnaqueurs, je regrette quand même ces moments passés loin de la vie urbaine. Mais ce sera aussi l'occasion de faire de belles rencontres.

Dernière journée de roadtrip, cet après midi je dois rendre la 208 à l’aéroport de Marrakech. Avant cela, je pars visiter la Kasbah du Glaoui de Telouet, juste en face de mon hotel, le Lion d’Or. D’extérieur, on a l’impression que la kasbah n’est qu’un amas de ruines d’une grande batisse en pisé qui n’a rien de particulier avec les autres kasbahs.

Aujourd'hui je continue ma route vers le Nord, en direction de ma destination finale, Marrakech. Mais puisque je suis revenu à Skoura, je décide de faire un détour pour voir la vallée de Toundoute à une vingtaine de kilomètres au Nord de Skoura. En fait c'est Mohammed qui la semaine précédente avait conseillé à des voyageurs d’aller voir les amandiers en fleur. Il y a une semaine une partie seulement des arbres étaient en fleur, donc je me dis qu’avec la chaleur des derniers jours, c’est le bon moment pour aller voir cela. D'autant plus que la veille on avait déjà vu plusieurs amandiers fleuris sur la route.

La veille au soir j'avais réglé mon réveil à 7h00 afin de profiter de la lumière du matin. Le réveil sonne et j'émerge difficilement. A cause des boule quiès, tout le campement a du être réveillé avant moi... Oups ! Je me lève très rapidement car il fait déjà jour donc je ne dois pas perdre de temps.

Par chance, je me réveille aux premières lueurs. Il faut dire que le dromadaire a dormi a côté de moi et je ne sais comment il fait ce bruit bizarre, on croirait une gourde que l’on agite quand il bouge dans le silence du désert, puis il se met à mastiquer. Lorsque je sors la tête de la tente, cet énorme animal me regarde avec son air placide en ruminant.

En début de matinée, Mustapha et Mohammed arrivent avec deux grands dromadaires qui seront nos porteurs pour ces 2 jours dans le désert. Franchement, j’aurai jamais imaginé que cet animal, le dromadaire était aussi grand. Après avoir chargé les dromadaires, nous partons en direction de la palmeraie. Par chance, on tombe sur un plan d'eau sur le bord de la route, ils se remplissent la bosse bruyamment, ils savent probablement que ce genre d'opportunité n'arrive pas souvent. On traverse d’abord la palmeraie avant d’arriver dans le vieux M’Hamid, on traverse les petites ruelles bordées de maisons en pisé puis on sort de la palmeraie, on commence à fouler le sable du désert.

Aujourd’hui un long périple m’attend, je vais partir en direction de M’Hamid Gislhaine, tout au Sud du Maroc, là où la route s’arrête et ou commence l’univers des dunes du désert. Avant d’arriver à M’Hamid depuis Skoura, il faut repasser par Ouarzazate, puis traverser une chaine montagneuse rocailleuse, longer la vallée du Drâa jusquà Zagora, puis poursuivre encore une heure jusqu’à M’Hamid. Dans une même journée, c’est plusieurs types de paysages que l’on voit défiler.

Pour ce quatrième jour de découverte du Sud Maroc, je décide de partir un peu plus tôt car j’ai un peu de route, en effet je compte passer la journée dans les Gorges du Todhra, qui sont à un peu plus de deux heures de route. C’est un peu long ces allers retours car finalement ça fait passer beaucoup de temps sur la route, peut être un point de chute vers Boumalnes aurait été plus judicieux si on compte comme moi faire deux jours dans cette zone. Néanmoins l’auberge de Skoura est très agréable et on est content d’y rentrer le soir. Donc finalement, la contrainte de la route est effacée par ces soirées passées chez Mohammed.

Le lendemain matin, je profite d’une belle matinée ensoleillée pour refaire un tour dans la palmeraie, mais en voiture cette fois pour la parcourir en longueur, et traverser les oueds asséchés. Les points de vue sont superbes, d’autant plus qu’il a neigé sur les sommets de l’Atlas cette nuit. Ensuite je pars en direction des Gorges du Dadès pour une visite dans cette vallée aux couleurs ocres incroyables.

Le soleil se lève sur le désert rocailleux, l’oued serpente au milieu, quelques nuages pastel dans le ciel. Le village est encore paisible, mis à part le coq qui s’en donne à cœur joie. On prend le petit déjeuner avec le couple de cantonais sur la terrasse, et puisqu’ils vont à Ouarzazate, je leur propose de les emmener car c’est sur mon chemin, ils acceptent. Avant de partir, je pars découvrir le Ksar de l’intérieur, ce que je n’avais pas fait la veille au soir préférant admirer le coucher du soleil depuis la terrasse de l’hôtel.

Pour ce break de Nouvel An Chinois, loin de l’Asie c’est au Maroc que je pars pour dix jours, à la découverte des beaux paysages du Sud du pays et aussi du désert.

Ce sera un merveilleux voyage, initiatique comme dira une parmi tant de mes riches rencontres, qui restera gravé dans ma mémoire comme un des plus beaux que j'ai vécu.

A Saint Petersbourg, nous arrivons au petit matin depuis la Carélie toute proche. Nous faisons un tour touristique assez classique de la ville. L'eau tient une place importante à Saint Petersbourg, nous le remarquons en visitant les canaux et le fleuve Neva. On a l'impression de visiter une ville Européenne, malgré les églises coiffés de bulbes colorés. Ensuite nous allons à Petergof pour visiter le Palais édifié par Pierre Le Grand en s'inspirant de Versailles.

Après une nuit de train, nous arrivons à Petrozavodsk, en Carélie. La gare n'est pas belle, les quartiers traversés en train autour sont très sales, les routes défoncées, le ravalement de façade oublié depuis longtemps. La ville de Petrozavodsk se situe au bord du lac Onega, le deuxième plus grand lac d'Europe. Finalement la ville se révèlera plutôt agréable, surtout que la saison touristique n'étant pas commencée, on est coincé ici dans l'attente d'un bateau. Finalement, on embarque avec un bateau de ravitaillement et notre séjour prendra une tournure vraiment imprévue.

On a tous l'impression de tous connaitre Moscou, des milliers de films d'espionnage américains se déroulent souvent chez les méchants soviétiques et nous ont habitué à ses monuments : la Place Rouge, le Kremlin, la cathédrale en forme de bulbes colorés. C'est effectivement impressionnant de mettre le pied dans ce haut lieu du XXe siècle, avec le mausolée de Lénine face à nous.

Alors que nous avons dix jours de vacances en Mai, nous décidons de partir sans vraiment l'avoir prévu à Moscou. En fait, nous voulions partir à Istanbul (oui je sais, rien à voir) mais une offre promotionnelle sur le site de Austrian Airlines nous a fait changer d'avis et de destination. Avant de poser le pied dans un pays inconnu, on porte toujours avec nous nos idées. Pour ma part, j'ai toujours rêvé de visiter Moscou et la Russie en général, ce pays qui joue souvent le rôle de méchant dans les films de Hollywood semble si mystérieux qu'il nous attire, et on a bien envie de voir en vrai tous ces « décors » de films d'espionnage, mais aussi de sentir la puissance de l'Histoire du XXe siècle qui s'est en partie joué ici.

Après ces quelqus semaines passées sur les routes et les côtes d'Australie, qu'avons nous retenu ? Qu'est ce qui nous a vraiment plu ? Quels sont nos déceptions ? Et surtout un avis très partial sur un pays continent et sa culture que nous avons effleuré.

De retour à Sydney de notre périple de 1300 kilomètres depuis que nous avons quitté Melbourne, nous mangeons sur la plage de Bronte Beach puis visitons le bout de la baie de Sydney, à Watson Bay où les vagues de l'Océan Pacifique érodent les falaises. Malheureusement, il ne fait très beau et les vagues sont monstrueuses, bien entendu aucun surfeur n'ose mettre les pieds dans l'eau. Mais sur les falaises qui bordent l'océan, le spectacle est grandiose.

Nous n'avons pas assez vu les dauphins la veille, nous louons donc un kayak pour admirer la baie de plus près en espérant avoir la chance de croiser les dauphins. Malheuresement, nous ne verrons aucun dauphins. Puis nous retournons au parc Booderee pour les très nombreux perroquets qui peuplent les ecalyptus et les kangourous.

Jervis Bay est un endroit que nous avons vraiment apprécié, ici les plages sont superbes (comme dans beaucoup d'endroits dans ce pays) mais la vie sauvage est très accesible au sein du parc naturel de Booderee et dans l'eau. Mais ce qui nous a fait venir ici, ce sont les dauphins qui vivent dans la baie à l'année et donc l'opportunité de les voir de près.

Cette journée devait être initialement consacrée à la découverte du parc naturel classé par l'unesco de Malacoota mais le temps pluvieux nous a fait changer de plan : nous profitons de l'absence de soleil pour rouler directement jusqu'à l'étape suivante : Jervis Bay.

Le point le plus au Sud de l'Australie est une zone protégée appelée Wilson Promontory, ce parc naturel est sur notre route donc nous décidons d'y consacrer une journée. Nous sommes étonnés par la beauté des paysages et surtout des plages immenses au sable si doux qui nous rappellent celles de la côte Est de la Tasmanie Ce n'est pas un hasard, il y a très longtemps on pouvait rejoindre la Tasmanie à pied en passant par le Wilson Promontory.

En milieu d'après midi nous roulons depuis Port Campbell jusqu'à Philip Island, de l'autre côté de Melbourne pour assister à la fameuse parade des pingouins qui se déroule tous les soirs au coucher du soleil sur la plage au bout de l'île. En roulant vite nous arrivons juste à temps pour admirer leur démarche engourdie.

Les photos de cet article proviennent du site http://www.penguins.org.au/

Pour notre deuxième journée sur la great ocean road, nous restons autour du parc naturel de Port Campbell ou se trouve les falaises les plus impressionnantes qui existent. Frappés avec violences par les incessantes vagues de l'océan du Sud, la falaise à la roche molle s'est érodée et a laissé des pics rocheux seuls au milieu des eaux.

La Great Ocean Road est vraiment impressionnante, elle longe la côte de l'océan du Sud entre Melbourne et Portland et le paysage est fantastique. En ce premier jour, nous longeons la côte avec les plages de surf d'abord bien que le temps terrible ne donne pas l'envie de se mouiller. En route, nous faisons un crochet nature à Kennett River pour voir les Koala et les péroquets qui vivent dans la foret.

Nous prenons la route de Melbourne en direction de l'ouest vers Torquay première étape de la great ocean road : capitale internationale du surf, nous découvrons sous la pluie et le vent la fameuse plage de Bells Beach.

Melbourne est la deuxième ville d'Australie, de notre point de vue elle ne rivalise pas avec Sydney et il s'y dégage une ambiance plus industrieuse. La plage de St Kilda ne ressemble ni à Manly ni à Bondi mais le port de St kilda accueille tous les soirs une colonie de pingouins qui ont trouvé refuge face à la skyline de la ville.

La route entre Strahan et Hobart est superbe, on traverse tous les paysages qui caractérisent la nature de Tasmanie. Nous faisons étape au Lac Saint Clair, grand lac au Sud du parc naturel de Craddle Mountain classé par l'UNESCO.

Toute la journée nous voguons dans la baie de macquarie pour en visiter les trésors : la porte du diable par lesquels les bateaux devaient passer pour entrer dans la baie (vraiment pas large), l'île prison et surtout la remontée de la rivière Gordon qui pénètre profondément dans la rainforest classée par l'UNESCO comme patrimoine mondial de l'humanité. Ensuite, nous prenons la route pour rentrer à Hobart, en faisant un petit détour au lac saint clair.

Il fait beau à Strahan ce qui est rare selon les locaux. On en profite pour faire du jetboat avec un objectif amusant : suivre le vieux train à vapeur qui longe une rivière du parc naturel du Sud Ouest de la Tasmanie, protégé par l'UNESCO pour sa rainforest. C'est aussi la fête nationale donc avant nous nous mélons à la fête qui est donnée dans le parc.

Cette journée est consacrée à relier la ville de Strahan sur la côte Ouest de la Tasmanie. C'est un long périple qui nous fait traverser l'île entière d'un bout à l'autre sur des routes sinueuses. Mais avant, nous faisons plusieurs étapes par des fermes qui vendent des fruits et les attractions de la vallée de Tamar, qui ne méritent peut etre pas un détour...

Bay of fires est une immense plage au Nord Est de la Tasmanie, elle s'étend sur 26 kimolètres et nous allons en visiter une petite partie. Au delà de sa longueur, cette plage est réputée pour la blancheur de son sable et les rochers recouverts d'algues qui contrastent avec le turquoise de la mer.

Dans cette journée, nous faisons une pause après la grande marche de la veille à Freycinet. Nous en profitons pour rouler doucement de Bicheno vers St Helens et admirer la beauté du paysage cotier.

Journée dans le parc naturel de Freycinet, indéniablement plus beau trésor de l'île de Tasmanie avec des plages parmi les plus belles du monde et des animaux savages qui peuplent ses forets. La plage de Wineglass Bay est reconnue comme une des dix plus belles du monde. Nous l'avions prévu comme un des grands moments de notre séjour et cela a surpassé nos espérances.