Print
Voyage en Turquie

2/3 - Deuxième partie de notre voyage en Turquie, nous partons en direction de la région de Cappadoce. Cette région est réputée pour ses paysages rocheux fabuleux et chargés d'histoire, notamment autour de Gorëme. 

Notre avion vole en direction de l’aéroport de Nevsehir en plein cœur de la région touristique de Cappadoce. Le vol nous semble très court, peut-être une heure pendant laquelle nous survolons un paysage désertique. L’agence de location de voiture se trouve directement à l’aéroport, le prix de la location est vraiment abordable et permet une liberté de mouvement appréciable dans la campagne cappadocienne. On rejoint notre hôtel qui se trouve dans le village de Uchisar vers Goreme au cœur de ce paysage minéral incroyable typique de la région qui attire tant les touristes.

Un symbole qui représente un oeil, que l'on retrouvera un peu partout ici

Nous sommes en basse saison, et on aura souvent l’impression d’être quasiment seuls lors de notre séjour, ce qui rendra notre exploration de la région vraiment agréable.

Après avoir posé le sac à l’hotel, on profite du cadre majestueux de la terrasse puis nous partons explorer le village.

Ce village est en fait édifié face à une coulée de lave séchée à la roche tendre dans lesquels les habitants ont creusé des habitations. Vu de loin, le rocher d’Uchisar ressemblerait presque à un nid de guêpe.

Depuis ce promontoire naturel, on domine toute la vallée de Gorëme avec ses formations rocheuses plus étonnantes les unes que les autres.

On reprend notre voiture pour commencer notre découverte des environs on s’arrête déjà quelques centaines de mètres plus loin, on se gare car on a trouvé une formation rocheuse qui a attiré. On a l’impression de voir une vague de roche blanche.

Puis plus loin, ce sont de magnifiques points de vue sur la vallée de roches torturées.

D'ici on embrasse la vue sur la vallée de Gorëme entièrement

On s’installe ici pour le déjeuner et un café bien mérité, il fait très chaud et on est bien à l’ombre face à la vue.

De l'autre côté, on aperçoit le rocher d'Uchisar

Encore ce symbole sur cet arbre mort

On rejoint le musée à ciel ouvert de Goreme, où de magnifiques églises ont été creusé dans la roche. Cette zone est la plus touristique de la région, c’est ici que les bus de touristes en voyage organisé s’arrêtent dans leur tour express de Cappadoce. Il faut que le lieu est vraiment magnifique, les églises sont superbement décorées, par contre il est interdit de prendre des photos à l’intérieur.

Encore une fois on aurait pu imaginer qu'il y ait plus de monde ici, mais finalement on a encore l'impression d'être assez seuls. On en profite pour tester la qualité audio des églises qui est vraiment pas mal...

Il faut grimper sur des escaliers sculptés dans la roche pour atteindre certaines églises

Il y a un vrai travail de décoration troglodyte.

On fait connaissance d'un garde qui nous surprend en plein test de qualité acoustique. Bon ok on était en train de chanter des chants religieux appris quand on était petit pour s'immerger encore plus dans le lieu, cela le fait sourire et on entame la discussion. Il nous laisse prendre une photo et nous recommandera un restaurant qu'il apprécie à Gorëme

Cet après midi, nous rejoignons un des points vue les plus connus de la région, la vallée de l’amour où les roches ont une forme suggestive, d’où ce nom.

Le temps est magnifique et clair, on voit jusqu'au bout de la vallée rose

Vous comprenez pourquoi cette vallée s'appelle la vallée de l'amour, on ne peut pas faire plus clair je pense

Certains monticules sont encore en formation, pas encore détachés de la falaise par l'érosion

Il faut vraiment continuer le chemin un peu plus loin pour découvrir d'autres curiosités géologiques

Il est techniquement possible de rejoindre Uchisar depuis ici, si on connait le chemin.

Pour la fin de la journée, nous rejoignons le sunset point, un nom parfait pour profiter des derniers rayons de soleil. Mais avant, on prend un chemin de traverse pour découvrir une autre église troglodyte indiquée sur les cartes, elle est magnifiquement décorée, mais il ne faut s'aventurer trop loin car le passage se resserre de plus en plus;

On rejoint le sunset point. Un bar a été installé à cet endroit avec des canapés et des matelas pour s’installer confortablement et profiter du spectacle de la nature.

Il faut dire qu’ici, la nature nous offre un paysage extraordinaire, les roches rouges ont une forme caractéristique, leur couleurs vire du jaune à l’ocre.

Ici la roche semble encore plus torturée que partout ailleurs en Cappadoce.

Le paysage est grandiose, on est vraiment dans un état de contemplation face à tant de beauté

Ce soir, on trouve un restaurant à Goreme, il y a le choix dans cette ville principalement dédiée au tourisme, mais l’adresse ne retiendra pas particulièrement notre attention malheureusement.

 

Réveil aux aurores grâce au décalage horaire, il y a des fois on est bien content de ne pas encore être bien réglé. Je décide de me promener autour de l’hotel alors que la lumière du soleil commence à peine d’éclairer la vallée.  Au loin, les montgolfières s’élèvent déjà dans le ciel de Cappadoce, je m’émerveille de ce spectacle.

Cela me donne envie d’aller cela de plus près la prochaine fois. Je retourne à l’hotel pour prendre le peti déjeuner dans ce cadre idyllique. C’est vraiment impossible de se lasser de ce paysage, on a l’impression d’être hors du temps, le petit déjeuner est de plus vraiment incroyablement bon, comme souvent en Turquie finalement.

Petit aparté, j’ai été étonné de voir que quasiment tous les adultes turcs ont un ventre bien proéminent, il est très rare de voir des trentenaires en forme et je pense qu’il faut trouver l’origine de ce phénomène dans la richesse de la cuisine turque. C’est vraiment très dur de résister à tous ces plats, à toutes ces saveurs, c’est un vrai plaisir culinaire et une composante essentielle du voyage en Turquie.

Après cette pause bien méritée, nous reprenons la route et allons dans la XXXX, qui se trouve de l’autre côté de Goreme. On arrive sur le parking de cette zone ouverte aux touristes et comme d’habitude, nous sommes les seuls à être venus ici. On ne va pas s’en plaindre même si le parc est immense et mérite vraiment le détour. Le long du chemin, on découvre une véritable ville creusée dans la roche, avec des églises, mais aussi pleins d’autres grottes creusés pour tous les usages. Ici on peut se permettre d’imaginer la vie rudimentaire des habitants.

Ce soir, on cherche un endroit pour diner à proximité de notre. Le patron nous conseille un restaurant d’Uchisar pas très loin. En fait, il faut savoir qu’il n’y a quasiment pas de vie dans ce village, il semblerait que toute l’animation se concentre à Goreme plutôt. En cherchant le restaurant qui se trouve être fermé, on continue quand même de marcher sur cette route mais on est obligé de rebrousser chemin car deux chiens très énervés n’ont pas envie de nous laisser passer. On tombe sur un joli point de vue sur le fort. Ici un vendeur de glace est installé là, le pauvre il ne doit pas voir passer beaucoup de monde ici. On lui demande si il connait un endroit ouvert pour manger ce soir. Il nous conseille de continuer notre chemin jusqu’au bout du village, son cousin a un petit restaurant, on était donc dans la bonne direction vers le diner, le problème ce sont les deux chiens… On prend notre courage à deux mains et on contourne le plus possible les deux chiens qui ne cessent pas de nous aboyer dessus ; on fait semblant de ne pas avoir peur puis finalement ils ne nous ont pas attaqué, et on a pu passer. Ouf, on trouve le restaurant de chez Eddy qui est désert. Eddy est très heureux de voir des clients, nous serons les seuls et il nous sert un repas gargantuesque. Son accueil vraiment original – il met le son à fond pour nous et il va chercher des fruits pas encore murs sur son arbre fruiter pour nous les faire gouter – nous donne envie de nous poser et de ne plus bouger, de rester ici à profiter de la vue sur le fort et des histoires un peu folles que nous racontera Eddy.

Aujourd’hui nous changeons de région car il est prévu de la pluie sur la Cappadoce, nous prenons la route direction le Sud pour visiter le site assez éloigné d’Ihlara. Il faut plusieurs heures de route pour le rejoindre mais comme cela on a pu éviter la pluie. Le site d’Ihlara est vraiment moins développé que les autres sites de Cappadoce, on trouvera pourtant plusieurs touristes mais principalement des locaux sur le chemin principal. Il faut descendre au fond d’une gorge pour découvrir un itinéraire qui permet de découvrir ici aussi des eglises creusées dans la roche.

L’état général des églises est bien plus délabré qu’à Goreme, mais le site est vraiment spectaculaire enfoui au fond de cette gorge.

En fin de journée, on décide de trouver notre propre sunset point. En fait, j’avais remarqué lors de notre visite du parc géologique que la zone juste en face semblait aussi très intéressante mais pas du tout visitée. Nous achetons dans un supermarché à Goreme de quoi se préparer un pique nique puis nous nous garons à proximité du site de l’UNESCO. On part sur un petit chemin qui nous amène à d’autres petites églises bien plus modestes, mais aussi vers des roches à la forme carrément hallucinante. On trouve un endroit qui sera parfait pour notre diner, face au soleil couchant. Il n’y a personne et on est plutôt fier de notre trouvaille, on regarde le ciel s’embraser dans le silence quasi absolu.

Ce matin nous nous levons aux aurores pour voir les montgolfières depuis le sunset point, ce spot nous semble parfait pour le lever de soleil aussi. Ce qui fut le cas.

Lorsque les montgolfières ont atterri, on part avec notre sac à dos dans la vallée rose qui se trouve à nos pieds, pour une grande randonnée qui dure toute la matinée. Cela nous permet d’entrer dans ce décor féérique.

Ce soir, nous devons reprendre l’avion pour Istanbul. Sur la route de l’aéroport on fait une dernière étape dans la zone d’Aciksaray. Ici les bâtiments creusés sont moins impressionnants mais on trouve une particularité géologique qui est le symbole de ce parc, il s’agit d’un rocher en forme de champignon.

C’est avec un peu de tristesse que notre voyage en Cappadoce se termine. Nous avons été ébloui par les paysages spectaculaires de la région. Le fait d’avoir notre propre véhicule nous a permis de nous arrêter où l’on voulait quand on voulait. Malheureusement, la chaleur en milieu de journée nous a un peu assommé chaque jour.